Paris : L’inauguration de la ‘’place Jérusalem’’ suscite des oppositions

Paris : L’inauguration de la ‘’place Jérusalem’’ suscite des oppositions

Situé dans le 17e arrondissement de Paris, la  “place de Jérusalem” a été  inaugurée, le dimanche 30 juin en présence d’Anne Hidalgo, maire de Paris, de Geoffray Boulard, maire de l’arrondissement et de Moshe Leon, maire de Jérusalem. Cette décision a entrainé une polémique, opposant la maire de Paris à ses alliés écologistes et communistes, ainsi qu’aux associations propalestiniennes.

A lire aussi: JÉRUSALEM Capitale D’ISRAËL

Anne Hidalgo, maire de Paris a justifié cette décision par la nécessité, “en cette période de recrudescence des actes à caractère raciste et antisémite”, de rappeler les liens entre Paris et “la communauté” juive, et de “commémorer l’amitié qui unit la Ville de Paris et l’État d’Israël”.

Ce n’est pourtant pas la première fois que Jérusalem donne son nom à un endroit de la capitale puisqu’une rue de Jérusalem a existé. Nommée ainsi depuis le Moyen-Âge, l’artère parisienne qui longeait Notre-Dame avait cependant été détruite en 1883 lors des travaux d’agrandissement du palais de justice.

Selon Catherine Vieu-Charier, la réattribution du nom de Jérusalem à une rue de Paris faisait l’objet de plusieurs demandes et était depuis longtemps parmi les projets de la municipalité. “Certains avancent que la demande à l’origine de la décision actuelle viendrait de Joël Mergui [président du Consistoire central israélite de France, NDLR], mais s’il a fait la demande, il l’a faite comme n’importe qui aurait pu la faire.”

Pourtant, présentée le 15 avril en commission de dénomination, la proposition n’avait initialement pas posé problème. “Aucune remarque, aucun débat contradictoire”, se rappelle Catherine Vieu-Charier, adjointe à la maire de Paris en charge du dossier.

Ce n’est que plus tard, lors de la délibération élaborée en Conseil de Paris, que l’élue communiste, également présidente de la commission d’attribution des noms de rues, de places, d’espaces verts et d’établissements municipaux, a vu naître certaines réticences, principalement en provenance des groupes communiste et écologiste. Frileux à l’idée de baptiser une place de ce nom sans insister davantage sur les conflits qui traversent la ville de Jérusalem – ce que Catherine Vieu-Charier a refusé –, les deux groupes, qui ont depuis demandé à la maire de Paris de renoncer à sa décision, avaient fait le choix de l’abstention.

Fermement opposée à cette attribution, Danielle Simonnet, élue La France insoumise du 20e arrondissement, avait quant à elle proposé que soit ajoutée, sous les mots “Place de Jérusalem”, une précision : “Avec le vœu qu’elle devienne la future capitale de deux États”. Amendement rejeté. Danielle Simonnet décide donc de voter contre le texte général. “À partir de ce moment, la polémique a commencé”, se désole Catherine Vieu-Charier.

Source France 24.

Google+ Linkedin