Le chrétien face à la pratique du sport (part 1)

Le chrétien face à la pratique du sport (part 1)

A la faveur de la CAN 2019, à laquelle la Côte d’Ivoire participe, l’occasion est donnée de parler de la place que peut occuper le sport dans la vie du chrétien. Que disent les écritures sur la pratique du sport ?

Les premiers chrétiens face au sport

Dans toute la bible, le mot ‘’sport’’, ne figure nullement. Cependant,  la question du sport est abordée pour la première fois par Paul, et traduite par l’expression  « exercice corporel » en 1 Timothée 4 :7-8 :« Repousse les contes profanes et absurdes. Exerce-toi à la piété ;  car l’exercice corporel est utile à peu de chose, tandis que la piété est utile à tout, ayant la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir ».

Il faut souligner que Timothée était fils dans la foi de Paul et  réside à Lystre, en Lycaonie (Asie Mineure) dans les années 50. Il est le fils d’un père grec et d’une mère juive, Eunice. Il  était jeune (1 Timothée 4 :12) en âge, et aussi engagé dans la pratique régulière du sport qui avait déjà court en Grèce. En effet, selon le dictionnaire  Wikipédia, « La pratique du sport est l’une des caractéristiques de la civilisation grecque antique. Les jeux sportifs occupaient une place importante pour les Grecs. ».

Le but de l’Apôtre Paul était d’attirer l’attention de Timothée sur l’essentiel, notamment s’occuper de l’être intérieure. Tandis que le but de l’activité physique est de développer le volet extérieur de l’homme, le corps, Paul montre la nécessité de prendre soin de l’être intérieure. En témoigne les passages suivants :

Romains 7:22  « Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur » ;

2 Corinthiens 4:16  « C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour ». Selon la médecine, l’activité physique a pour but de maintenir le corps en bonne santé. Néanmoins, l’Apôtre Paul montre que le corps est soumis à la vieillesse, donc à la destruction. Par contre l’être intérieur va se rajeunissant par la parole de Dieu et le Saint-Esprit. Toujours en est-il que Paul veut faire comprendre que les vraies valeurs chrétiennes sont spirituelles et non physiques.

Paul n’est pas contre le sport, évidemment, mais il montre que rechercher la piété est primordial. Car, de même que le sportif le plus amateur, a parfaitement conscience de la nécessité de l’entraînement régulier, l’Apôtre Paul met l’accent sur la piété, qui est l’attachement, la  consécration à Dieu, signes distinctifs de la vie chrétienne. Néanmoins, il se sert fréquemment d’illustrations du monde sportif, pour aider à comprendre la foi chrétienne.

Voici quelques illustrations athlétiques par lesquels Paul exhorte les croyants :

  • « Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde » (Romains 9:16).
  • « Qu’aucun homme, sous une apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu’il s’abandonne à ses visions et qu’il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles » Colossiens 2 :18
  • « Vous couriez bien : qui vous a arrêtés, en vous empêchant d’obéir à la vérité ? » (Galates 5:7).
  • « …et l’athlète n’est pas couronné, s’il n’a combattu suivant les règles » (2 Timothée 2:5).
  • « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance l’épreuve qui nous est proposée » (Hébreux 12:1).
  • «  Moi donc, je cours, non pas comme à l’aventure ; je frappe, non pas comme battant l’air. Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d’être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres » (1 Corinthiens 9:26-27).

On peut retenir que le chrétien n’est nullement obligé de pratiquer une activité physique, mais qu’il en a le droit si cela lui plaît et que cela ne l’oblige pas à faire des compromis avec la Bible. Cependant, l’activité physiquement n’est pas une valeur chrétienne en soi.

La suite à lire.

Google+ Linkedin